TÉLÉCHARGER FOLKLORE KABYLE

En raison de la colonisation française, de nombreux Kabyles émigrent dans d’autres régions à l’intérieur, et à l’extérieur de l’ Algérie [ 26 ]. En se fondant sur cette définition la plus courante, le nombre de Kabyles en Kabylie est donc d’environ 3,5 à 4 millions 1,2 million d’habitants dans la wilaya de Tizi Ouzou , 1 million dans la wilaya de Béjaia , les deux seules wilayas entièrement kabylophones, et environ 1,5 à 2 millions d’habitants dans les communes kabylophones des wilayas de Bouira , Boumerdès , Jijel , Bordj Bou Arreridj et Sétif. Enfin, la forme de musique afro-maghrébine la plus populaire en Kabylie s’est faite par le biais de musiciens-danseurs de rues: Devant un parterre de journalistes, une conférence de presse a été organisée par l’établissement Arts et Culture, hier, au complexe culturel Laâdi-Flici, au niveau du Théâtre de verdure. La culture kabyle est une composante de la culture algérienne, maghrébine et méditerranéenne. La Wilaya de Tizi-Ouzou est la Wilaya qui abrite le plus de mosquée en Algérie, la moitié des mosquées se trouvent dans cette wilaya. Zouaoua a donné en français zouave , puisque les premiers fantassins indigènes étaient originaires de cette confédération.

Nom: folklore kabyle
Format: Fichier D’archive
Système d’exploitation: Windows, Mac, Android, iOS
Licence: Usage Personnel Seulement
Taille: 45.63 MBytes

A seize ans, Il tente de se frayer un chemin dans le milieu musical d’Alger, mais faute de soutien, il n’y parvint pas. En se fondant sur cette définition la plus courante, le nombre de Kabyles en Kabylie est donc d’environ 3,5 à 4 millions 1,2 million d’habitants dans la wilaya de Tizi Ouzou , 1 million dans la wilaya de Béjaia , les deux seules wilayas entièrement kabylophones, et environ 1,5 à 2 millions d’habitants dans les communes kabylophones des wilayas de Bouira , Boumerdès , Jijel , Bordj Bou Arreridj et Sétif. Dans l’antiquité, les Kabyles sont organisés en confédérations que les Romains appellent Quinquegentiens et Bavares. L’économie traditionnelle de la région est basée sur l’ arboriculture vergers et oliviers et sur l’artisanat tapisserie ou poterie. Le terme originel « Qabail » qui signifie en arabe « Tribus » est utilisé pour la première fois à l’arrivée des arabes musulmans au Maghreb pour désigner les habitants de l’arrière-pays qui vivaient en confédérations et tribus.

Les Kabyles en berbère: Ils peuplent folkkore littoral et les divers massifs montagneux de la région: Ils constituent, depuis l’ indépendance de ce pays, le milieu le plus favorable au développement de la revendication identitaire berbère [ 6 ][ 7 ].

Le terme originel « Qabail » qui signifie en arabe « Tribus » est utilisé pour la première fois à l’arrivée des kable musulmans au Maghreb pour désigner les habitants de l’arrière-pays qui vivaient en confédérations et tribus.

C’est donc ce terme que les Français utiliseront pour désigner ces montagnards qui portaient des noms différents en fonction des tribus auxquelles ils appartenaient. Aussi, il pouvait aussi bien désigner les Chaouis des Aurès ou ceux de l’ouest algérien.

On parlait alors de Kabylie de l’Ouarsenis [ 11 ][ 12 ]. Le nom s’est ensuite restreint aux berbérophones de Kabylie [ 13 ] et a pris une signification ethnique pour désigner ce peuple en particulier. Les arabophones utilisaient le mot Zwawa sg.

folklore kabyle traditionnel(idebalen) – Vidéo dailymotion

D’après Ibn Khaldoun, les Zouaouas sont une fraction des Kutamastribu issue de branche des Branès descendants de Bernès, fils de Berr et frère de Medghacen [ 15 ]. L’appellation « zwawa » qualifiait ainsi tous les kabyles en général, son équivalent en langue berbère étant « izwawen ». Zouaoua a donné en français zouavepuisque les premiers fantassins indigènes étaient originaires de cette confédération.

On peut noter que dans le parler des At Mangellatle terme originel autrefois attesté pour dire Kabyles était bien Igawawen [ 17 ]. Les Kabyles des Babors BéjaïaJijelSétif sont originaires de deux tribus berbères, les Kutamas sous la dynastie Fatimideet les Sanhadja sous la dynastie Hammadide.

Dans l’antiquité, les Kabyles sont organisés en confédérations que les Romains appellent Quinquegentiens et Bavares. La Kabylie fait partie du royaume de Numidie [ 19 ].

Il est plus tard annexé par l’ Empire romainet est divisé entre les provinces d’ Afrique et de Maurétanie césarienne.

Le folklore kabyle revisité

Les Romains puis plus tard les Byzantins contrôlent la route principale et la vallée, et évitent les montagnes appelées Mont Ferratus, littéralement: Les Kabyles sont le fer de lance de nombreuses révoltes contre la domination impériale romaine dans la province, les plus dévastatrices étant celles des Quinquengentiens et leurs alliés Bavarespuis celle du chef Firmus [ 20 ]. Les montagnes autour de Béjaïa sont reconnues par les conquérants pour leur forte résistance appelées en arabe: L’Islam est introduit progressivement et pacifiquement sous l’impulsion de marabouts.

Après la Grande révolte berbèreles Kabyles restent indépendants du joug aghlabides. Après avoir pris le contrôle de l’Égypte, les Fatimides perdent de l’intérêt pour le Maghreble chef sanhadja Bologhine ibn Zirihérite du contrôle de l’Ifriqiya la Kabylie et une grande partie de l’ Algériey compris la Tunisie moderne. Après l’effondrement des Hammadides, la Kabylie passe régulièrement sous le joug de diverses dynasties berbères, alors qu’une grande partie de l’intérieur n’est pas contrôlée efficacement.

folklore kabyle

Menacé, les habitants appellent à leurs secours des corsaires turcs, les frères Barberousse. Enils prennent Algerévincent le seigneur local folkloe, quatre ans plus tard, instituent la régence et se placent sous la protection virtuelle du sultan ottoman [ 23 ].

Sous le règne des Turcs ottomansla majeure partie de la Kabylie est inaccessible aux Deys gouverneurs de la régence d’Algerqui doivent se contenter d’alliances militaires ou commerciales, de raids occasionnels et de colonies militaires dans certaines vallées. Les Kabyles sont relativement indépendants du joug Ottoman folkore l’époque ottomane du Maghreb. Ils résident dans trois royaumes différents, le royaume de Koukoule royaume des Aït Abbèset la principauté des Aït Jubar [ 24 ].

  TÉLÉCHARGER ANACHID WATANIA MP3

Les royaumes kabyles bénéficient d’une certaine reconnaissance internationale représentations diplomatiques en Espagne, notamment.

Dèsle corsaire turc Arudj Barberousse se joint aux différentes tentatives kabyles de reprendre Béjaïa aux Espagnols grâce à leurs connaissances en navigation [ 25 ]. Les Kabyles alliés aux Ottomans reprennent Béjaia définitivement en La région est graduellement prise par les Français lors de leur conquêteà partir demalgré une résistante vigoureuse des Kabyles, des chefs comme Lalla Fatma N’Soumer continuent la résistance plus longtemps, jusque la révolte des Mokrani en Les autorités françaises confisquent beaucoup de terres aux tribus les plus rebelles et les accordent aux colons, connus sous le nom de pieds-noirs.

Pendant cette période, les Français procèdent à kabylf nombreuses arrestations et déportations, principalement en Nouvelle-Calédonie voir les Algériens du Pacifique.

folklore kabyle

En raison de la colonisation française, de nombreux Kabyles émigrent dans d’autres régions à l’intérieur, et à l’extérieur de l’ Algérie [ 26 ]. Au fil du temps, les travailleurs immigrés sont également allés en France. Dans les annéesles travailleurs immigrés algériens en France organisent le premier parti de promotion de l’indépendance.

Messali HadjAmar ImacheSi Djilani et Belkacem Radjef sont très rapidement suivis en France et en Algérie dans les années ; ils développent des militants devenus indispensables au combat pour une Algérie indépendante.

Cela se répand après la Seconde Guerre mondiale. Depuis l’ indépendance de l’Algériedes tensions apparaissent à plusieurs reprises entre la Kabylie et le gouvernement central. En juin, et juilletdes manifestations violentes ont lieu après l’assassinat du chanteur Matoub Lounèset contre la loi exigeant l’utilisation de la langue arabe dans tous les domaines.

Dans les mois qui suivent avril appelé Printemps Noirde grandes émeutes – avec l’émergence de l’ Arouchdes conseils locaux néo-traditionnels, suivent l’assassinat de Massinissa Guermah, un jeune kabyle, par des gendarmes.

Les protestations diminuent progressivement après que les Kabyles ont obtenu des concessions du président Abdelaziz Bouteflika.

L’emplacement géographique de la Kabylie a joué un rôle important dans l’histoire des Kabyles. Le paysage montagneux difficile d’accès de Tizi Ouzou et Bejaïa a servi de refuge, dans lesquels les Kabyles se sont retirés quand ils étaient sous pression, ou occupés, préservant ainsi leur patrimoine culturel d’autres influences culturelles. La région a été le fer de lance de plusieurs dynasties locales NumidesFatimides aux périodes KutamaZiridesHammadides et Hafsides de Bejaïa ou du nationalisme algérienet la guerre d’indépendance.

La région a été occupée par divers conquérants. Les Romains et Byzantins contrôlaient la route principale et la vallée pendant l’Antiquité, et évitaient les montagnes appelées Mont Ferratuslittéralement: Les Arabes durant l’ expansion de l’islam ont contrôlé les plaines, mais pas toutes les campagnes appelées en arabe: La régence d’Alger tente d’avoir une influence indirecte via les tribus kabyles makhzen d’Amraoua, et les marabouts [ 28 ].

Les Français vont progressivement réaliser la conquête de la région, et mettre en place une administration directe. Les provinces algériennes possédant de nombreuses populations parlant la langue kabyle comprennent: Alger a également une importante population de Kabyles, où ils représentent plus de la moitié de la population de la capitale. La Kabylie est appelée Al Qabayel « tribus » par la population arabophone, et Kabylie en français.

Elle fait partie des montagnes de l’Atlaset est situé au bord de la Méditerranée. L’ organisation sociale des Kabyles autrefois éleveurs et agriculteurs sédentaires a été abondamment étudiée, notamment par le sociologue français Pierre Bourdieu [ 29 ].

Ce modèle a été largement modifié par la forte émigration qui a bouleversé les rapports sociaux [ 30 ] fklklore, l’urbanisation, mais on peut tracer les grands traits de la société traditionnelle. La txarubt assure l’intégrité de chaque individu et la défense de l’honneur du nom en commun, avant l’introduction du nom patronymique par l’administration coloniale, c’était le moyen d’identification le plus utilisé.

folklore kabyle

Dans certains villages importants tudart il y a une structuration par quartier qui regroupe différentes factions tixarubinc’est l’ adrum. C’est l’ensemble de ces quartiers qui forment le village.

Plusieurs villages peuvent s’unir et former laarch la tribuun ensemble de tribus donne la taqbilt une confédérationqui donnera son nom aux berbères de la région appelés kabyles [ 31 ].

Elle était composée de tous les hommes ayant atteint la majorité, et où en principe tout citoyen, quelle que soit sa condition socio-économiquepouvait prendre la parole pour exposer ses idées et prendre position lors des propositions de résolutions.

Kabylw les plus grandes tajmaâtfolkolre chef était parfois assisté dans ses fonctions par un uqil et plusieurs t’emen [ 33 ]. L’ uqil kabyyle la responsabilité des revenus de la tajmaâtet avait en plus un droit de regard sur les décisions du chef. La filiation est patrilinéaire.

folklore kabyle traditionnel(idebalen)

Le patronyme de l’ancêtre commun se transmettait. La tajmaât vivait sous l’autorité du groupe, où l’esprit de solidarité est fort développé. Le çof ne se rapporte pas à un clan mais à une ligue, le clan est une organisation qui se rapporte à une famille élargie, comme la tribu, alors qu’un çof peut-être changeant [ 38 ].

Selon la définition la plus courante en usage aujourd’hui en Algérie, le Kabyle est celui dont la langue maternelle est le kabyleou sinon dont les parents ont le kabyle pour langue maternelle. En se fondant sur cette définition la plus courante, le nombre de Kabyles en Kabylie est donc d’environ 3,5 à 4 millions 1,2 million d’habitants dans la wilaya de Tizi Ouzou1 million dans la wilaya de Béjaiales deux seules wilayas entièrement kabylophones, et environ 1,5 à 2 millions d’habitants kabbyle les communes kabylophones des wilayas de BouiraBoumerdèsJijelBordj Bou Arreridj et Sétif.

  TÉLÉCHARGER LISTE FAVORIS ATLAS HD 200S NOVEMBRE 2018 GRATUIT

En dehors de la Kabylie, les Kabyles sont nombreux à avoir migré vers d’autres régions d’Algérie, principalement Alger et ses environs, mais aussi dans une moindre mesure Oran et Constantine. Il kaabyle impossible de connaître leur nombre de façon précise, mais on peut l’estimer à environ 2 millions, sur deux générations.

Mais la France n’est pas la seule destination des Kabyles. Il y a aussi de grosses communautés kabyles au Canada et en Belgique. La culture kabyle est une composante de la culture algérienne, maghrébine et méditerranéenne.

La spécificité linguistique de la région s’illustre notamment par ses traditions, sa musique et son folklore. Selon Mouloud Mammeri la confrérie Rahmaniya est l’une des plus puissantes confréries soufi d’Algérie. Avant l’acceptation de l’islam par les Kabyles, la Kabylie a connu l’ensemble des religions du bassin méditerranéen sans pour autant les avoir pratiquées, ayant même contribué, comme partie intégrante du monde berbère, à la fourniture de quelques dieux et déesses aux Grecs et aux Romains et aux Égyptiens, telle que Antée.

D’abord dévoués a un Dieu nommé Yakuc qui était le Dieu probablement de tous les Berbères étant donné que ce nom se retrouve sous différentes forme d’un bout à l’autre du Maghreb et est toujours employé au Mzab dans certaines incantations, la religion des Kabyles repose sur une cosmogonie précise et très élaborée encore connue des vieillards.

Peu d’ouvrages ont été faits à propos de la cosmogonie kabyle, on a celui de l’anthropologue Léo Frobenius dans son tome 1 en allemand traduit en français par Muqran Fetta en « contes kabyles ». Beaucoup de représentations rupestres préhistoriques folklode que des figurations rupestres et stèles libyques montrent que ce culte remonte à une période très ancienne [ 41 ]. Aujourd’hui bien que plutôt bien connue des plus vieux, ces croyances connaissent depuis la colonisation française et surtout depuis l’indépendance un déclin majeur.

Iguramen qui, contrairement au christianisme qui était mal implanté dans la région dû au fait que les Byzantins avaient voulu l’imposer ce qui créa une réaction récalcitrante de certaines tribus à l’égard du christianismes’intègrera pacifiquement et donc facilement et rapidement en s’articulant autour des croyances kabyles et s’ancrera dans la culture et la vie des Kabyles définitivement.

Une minorité chrétienne évangélique est en développement important dans les années et [ 42 ][ 43 ]. Au début de la conquête musulmane du Maghreb, la population berbère se convertissait massivement. Mais les inégalités entre arabes musulmans et non-arabes, l’imposition de lourdes taxes, le statut de dhimmisont provoqué des révoltes répressives envers les arabes, les révoltés allant jusqu’à massacrer et expulser des tribus arabes entières lors de la Grande révolte berbère en et un repli de la population dans des doctrines contestataires du pouvoir du calife, le kharidjisme et le chiisme.

En petite-Kabyliec’est le chiisme ismaélien des tribus Kutama avec l’aide des Zouaoua pourtant kabylw islamisés, qui prédominera et qui participera à établir la dynastie fatimide et à fonder la ville du Caire pour capitale [ 47 ].

La ville de Béjaïa connaîtra son âge d’or, notamment pour son rayonnement spirituel en raison du grand nombre de saints soufis qui en sont issus, les plus célèbres sont Yemma Gouraya, ou Saïd El-Bedjaouy [ 49 ][ 50 ]. La ville attirera même de grands mystiques, comme Ibn Al Arabi de Cordouequi participeront à kabjle religieuse de la région et plus généralement de l’Afrique du nord en mêlant la mystique soufie aux vieilles croyances animistes des berbères [ 51 ].

Pendant cet âge d’or Béjaïa sera surnommée la petite Mecque [ 52 ]. La Wilaya de Tizi-Ouzou est la Wilaya qui abrite le kabyel de mosquée en Algérie, la moitié des mosquées se trouvent dans cette wilaya. Selon Yidir Plantade, la Kabylie comme le reste du Maghreb est restée attachée au cours de son histoire à une religiosité populaire avec des figures locales comme les saints et les marabouts [ 53 ].

Il note cependant le fait que, lors de la colonisation française, ces idées ont marqué profondément les Kabyles qui fréquentaient les écoles coloniales. Ces mouvements laïques après avoir séduit la population dans les années avec l’émergence du mouvement berberiste connaissent un déclin.

Selon l’auteur, face à l’impasse dans laquelle ce mouvement laïque est folklre on assiste à un regain de religiosité en Kabylie surtout de la part kagyle la jeunesse [ 56 ].

Pour des raisons historiques, et économiques, plusieurs Kabyles ont kabylf en France. La variété kabyle moderne ou traditionnelle est l’une des musiques les plus importantes en Algérie.

La musique kabyle n’est pas un style de musique en soi: